"Mon tracé est un juste compromis"

Daniel Deslauriers daniel.deslauriers@tc.tc
Publié le 19 octobre 2015

Élaine Genest

©Photo gracieuseté

Élaine Genest signe à nouveau: Hydro-Québec aurait pu faire mieux avec le tracé proposé pour la nouvelle ligne électrique Grand Brûlé - Dérivation Saint-Sauveur.

Mme Genest est cette experte en paysages qui a été engagée par la municipalité de Saint-Adolphe-d'Howard pour tenter de trouver un meilleur passage pour cette ligne à 120 kV qui traversera les montagnes de la municipalité sur près de 14 km.

23 points d'observation

"Je ne sais pas pourquoi Hydro-Québec s'entête à passer au-dessus des crêtes de montagne alors qu'il existe d'autres solutions", de commenter l'experte. Mme Genest a étudié le tracé final de la société d'État en utilisant 23 points d'observation. Elle a proposé ensuite un nouveau tracé qui atténuerait de beaucoup les impacts visuels. "Mon tracé est un juste compromis qui mérite d'être considéré", dit-elle.

Elle insiste sur le fait que son évaluation est objective et non liée au fait que c'est la municipalité qui l'a engagée. "J'ai utilisé des critères et des outils objectifs. Je serais arrivée aux mêmes conclusions si Hydro-Québec m'avait accordée le contrat", dit-elle.

En ce qui a trait à Sainte-Agathe-des-Monts, elle admet que son tracé se rapproche un peu plus de certains secteurs agathois. Pour le lac Azur, le point-centre est à 900 mètres des plus proches habitations, 950 mètres pour le lac Carré et 650 mètres pour le lac Pauvre. "Cependant, en utilisant des pylônes de 44 mètres de hauteur, on pourrait camoufler facilement la vue de ces structures", affirme Élaine Genest.

"Peu importe le tracé retenu, des impacts, il y en aura toujours. Par contre, je suis persuadée qu'on pourrait faire mieux avec autant de moyens. Franchement, je suis surprise de l'attitude d'Hydro-Québec. Je ne comprends pas qu'ils continuent à s'obstiner", conclut l'experte.