Hydro-Québec rejette le tracé Genest

Daniel Deslauriers daniel.deslauriers@tc.tc
Publié le 29 octobre 2015

La société Hydro-Québec reste ferme dans ses positions.

©Photo TC Media - Archives

La société Hydro-Québec dit non au tracé proposé par l'experte en paysages Élaine Genest.

À la demande de la municipalité de Saint-Adolphe-d'Howard, Mme Genest a élaboré un nouveau tracé de moindre impact. Toutefois, la société d'État a une toute autre opinion là-dessus. Le PDG d'Hydro-Québec, Éric Martel, a confirmé la nouvelle cette semaine, par voie de lettre, à la mairesse de Saint-Adolphe-d'Howard, Lisette Lapointe.

Impacts importants

Hydro-Québec estime que le tracé proposé permet d'éloigner légèrement la ligne de certaines résidences situées près du lac Travers (de 200 à 300 mètres environ), mais le nombre de maisons se trouvant à moins de 500 mètres passerait de 69  (tracé d'Hydro-Québec) à 122 (tracé Genest). Les impacts visuels pour les résidents des lacs Travers, de la Baguette et du Rocher demeurent donc très importants, selon M. Martel. L'ajout de trois imposants pylônes d'angle, à flanc de montagne, aux abords du lac Travers, aurait pour effet d'enclaver ce secteur et d'augmenter les impacts visuels, selon lui.

Hydro-Québec constate aussi que l'analyse visuelle, contenue dans le rapport Genest, porte presque exclusivement sur la préservation complète du paysage qui fait face au lac St-Joseph. "Le rapport sous-estime grandement les autres impacts générés localement comme les milieux humain et naturel", précise M. Martel dans sa lettre.

S'ajoutent à cela le mécontentement des résidents du lac Travers (Saint-Adolphe-d'Howard) et ceux du lac Azur (Sainte-Agathe-des-Monts), sans oublier l'opposition formelle du maire de Sainte-Agathe-des-Monts, Denis Chalifoux. "Lors de notre rencontre (1er octobre), j'ai insisté sur l'importance que cette proposition ne soulève pas d'opposition importante de la part des citoyens touchés par les modifications. Or, une pétition circule actuellement pour recueillir les signatures des citoyens qui sont en désaccord avec ce tracé", constate le PDG d'Hydro-Québec.

"Dans ce contexte, vous conviendrez avec moi que l'adhésion des citoyens concernés n'est pas au rendez-vous et que le tracé proposé par Mme Genest ne constitue pas une véritable optimisation. Même s'il était possible de réduire encore davantage la taille des pylônes, la nouvelle version du tracé proposé présenterait tout de même des impacts visuels plus importants que le tracé retenu par Hydro-Québec", conclut Éric Martel.