Lisette Lapointe satisfaite de sa rencontre avec la ministre St-Pierre

Daniel Deslauriers daniel.deslauriers@tc.tc
Publié le 1 septembre 2015

Lisette Lapointe

©Photo TC Media - Archives

Pas question d'abandonner la partie dans le dossier Hydro-Québec, insiste la mairesse Lisette Lapointe.

Dans une ultime tentative, la mairesse de Saint-Adolphe-d'Howard et quelques membres du comité aviseur ont rencontré, le 31 août, la ministre responsable de la région, Christine St-Pierre. "La ministre a écouté attentivement les arguments en faveur du tracé recommandé par Saint-Adolphe. Mme St-Pierre a souligné que Saint-Adolphe n’avait pas fait que s’opposer, mais avait cherché des solutions, ce qui était tout à notre honneur. Elle nous a assurés qu’elle ferait son travail de ministre responsable de la région et qu’elle en discuterait avec son collègue, Pierre Arcand, ministre responsable d’Hydro-Québec", explique la mairesse.

La mairesse corrige le tir

Mme Lapointe profite de l'occasion pour corriger certains faits rapportés par Hydro-Québec dans son communiqué du 27 août. "C'est faux de dire qu'il y a 20 résidences qui seraient situées à moins de 200 mètres de cette nouvelle ligne avec le tracé proposé par Saint-Adolphe-d'Howard. Dans les faits, il n'y en a aucune", martèle la mairesse.

"Fait à noter, le communiqué parle de résidences alors que la chef de projet, Marie-Josée Gosselin, a bien indiqué, le 27 août, qu’il s’agissait de bâtiments et que ce nombre incluait donc des cabanons et des remises", précise Mme Lapointe.

La mairesse conclut: "Même si, de l’aveu même d’Hydro-Québec, ce tracé est techniquement et économiquement réalisable, la société d’État y a opposé une fin de non-recevoir comme si elle avait fait cette analyse pour la forme, tout en sachant qu’elle ne changerait pas d’avis. Une autre cuisante déception pour Saint-Adolphe qui, depuis deux ans et demi, a travaillé dur et proposé plusieurs scénarios afin de trouver avec Hydro-Québec une solution moins dommageable pour son économie et son environnement. Pourquoi la société d'État s’entête-t-elle à ce point alors qu’elle sait que ce tracé sera dévastateur pour Saint-Adolphe."