La MRC des Pays-d'en-Haut n'émettra pas de certificat de conformité

Daniel Deslauriers daniel.deslauriers@tc.tc
Publié le 11 septembre 2015

Sarah Perreault

©Photo TC Media - Archives

Le comité aviseur de Saint-Adolphe-d'Howard a salué la décision de la MRC des Pays-d'en-Haut de ne pas émettre de certificat de conformité pour le projet de ligne à haute tension du Grand-Brûlé.

Cette décision a été appuyée par tous les maires. "Ça ne peut pas bloquer le projet, mais cette décision envoie un message clair. Ce projet ne tient pas compte des particularités des Laurentides et il risque de porter atteinte au développement économique de la région. Si Hydro veut aller de l’avant, le gouvernement devra porter l’odieux d’imposer cette ligne aux citoyens", explique Sarah Perreault du comité aviseur.

Deux poids, deux mesures

Rappelons que la moitié du tracé se trouve dans la MRC des Pays-d’en-Haut, principalement sur le territoire de Saint-Adolphe. "Ce projet n’a pas atteint l’acceptabilité sociale, c’est maintenant sans équivoque", selon elle.

Depuis deux ans et demi, rappelons-le, la société d’État s’entête à vouloir ouvrir une nouvelle emprise qui aurait des impacts majeurs sur le paysage. "Pour le projet de la Northern Pass, Hydro a fait savoir que la ligne serait enfouie sur une centaine de kilomètres pour préserver les paysages du New Hampshire. C’est donc dire qu’Hydro reconnaît l'importance des paysages chez nos voisins. Pourquoi pas chez nous", questionne Mme Perreault.

"Dans la portion québécoise de ce projet, où la ligne ne sera pas enfouie, Hydro dit avoir opté pour une solution plus complexe sur le plan technique et plus coûteuse de plusieurs millions de dollars. À nous, on nous a dit qu’il fallait que la ligne du Grand-Brûlé coûte le moins cher possible et toute modification au projet semble trop complexe pour eux. C’est vraiment deux poids, deux mesures", dit-elle.

Le comité aviseur entend inviter le nouveau pdg d’Hydro-Québec, Éric Martel, et les ministres Pierre Arcand, Christine St-Pierre et David Heurtel à venir à Saint-Adolphe pour constater, par eux-mêmes, le tracé proposé par Hydro-Québec.