Les motoneigistes crient victoire

Le MTQ fait marche arrière

René-Pierre Beaudry rene-pierre.beaudry@tc.tc Publié le 22 janvier 2016

Roland Leroy, président du Club de motoneige Diable et Rouge de Mont-Tremblant, montre du doigt les crampons à vis sur les chenilles des motoneiges.

©Gracieuseté

Le ministère des Transports du Québec et son ministre Robert Poëti ont fait marche arrière et suspendu indéfiniment l'interdiction des "crampons à vis" sur les pneus des VTT et chenilles des motoneiges empruntant les sentiers du Québec.

Cette décision d'invalider un règlement passé "discrètement" en décembre dernier fait suite à la levée de boucliers des motoneigistes indignés. Des usagers de véhicules hors-route ont réagi en qualifiant la nouvelle loi de décret sans consultation et de menace à une importante industrie touristique hivernale « qui génère des retombées économiques annuelles de plus de deux milliards $ », selon la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ).

Dans une entrevue accordée la semaine dernière à L'Information du Nord, le président du Club de motoneige Diable et Rouge de Mont-Tremblant, Roland Leroy, avait qualifié d'absurde cette législation « décrétée sans réelle consultation avec la FCMQ ».

Rappelons que les 9 et 10 janvier dernier, des conducteurs de véhicules hors-route avaient eu la surprise de se faire intercepter par des patrouilleurs de la Sûreté du Québec qui avaient reçu la directive d'appliquer la nouvelle loi. Certains usagers auraient reçu des constats d'infraction et d'autres, des "avertissements/48 heures", qu'ils allaient recevoir par la poste les jours suivants. Ils devaient retirer leurs "crampons à vis" qui endommagent la chaussée des routes croisées par les sentiers, avaient estimé les municipalités il y a deux ans.

Cette marche-arrière du MTQ a été annoncée le mercredi 20 janvier dernier, lors d'un colloque tenu à Chicoutimi dans le cadre de la Semaine internationale de la sécurité à motoneige.

Les motoneigistes crient victoire

Le MTQ fait marche arrière

René-Pierre Beaudry rene-pierre.beaudry@tc.tc Publié le 22 janvier 2016

Roland Leroy, président du Club de motoneige Diable et Rouge de Mont-Tremblant, montre du doigt les crampons à vis sur les chenilles des motoneiges.

©Gracieuseté


Le ministère des Transports du Québec et son ministre Robert Poëti ont fait marche arrière et suspendu indéfiniment l'interdiction des "crampons à vis" sur les pneus des VTT et chenilles des motoneiges empruntant les sentiers du Québec.

Cette décision d'invalider un règlement passé "discrètement" en décembre dernier fait suite à la levée de boucliers des motoneigistes indignés. Des usagers de véhicules hors-route ont réagi en qualifiant la nouvelle loi de décret sans consultation et de menace à une importante industrie touristique hivernale « qui génère des retombées économiques annuelles de plus de deux milliards $ », selon la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ).

Dans une entrevue accordée la semaine dernière à L'Information du Nord, le président du Club de motoneige Diable et Rouge de Mont-Tremblant, Roland Leroy, avait qualifié d'absurde cette législation « décrétée sans réelle consultation avec la FCMQ ».

Rappelons que les 9 et 10 janvier dernier, des conducteurs de véhicules hors-route avaient eu la surprise de se faire intercepter par des patrouilleurs de la Sûreté du Québec qui avaient reçu la directive d'appliquer la nouvelle loi. Certains usagers auraient reçu des constats d'infraction et d'autres, des "avertissements/48 heures", qu'ils allaient recevoir par la poste les jours suivants. Ils devaient retirer leurs "crampons à vis" qui endommagent la chaussée des routes croisées par les sentiers, avaient estimé les municipalités il y a deux ans.

Cette marche-arrière du MTQ a été annoncée le mercredi 20 janvier dernier, lors d'un colloque tenu à Chicoutimi dans le cadre de la Semaine internationale de la sécurité à motoneige.