Hydro-Québec s’oppose au tracé proposé par Saint-Adolphe

Maxime Coursol maxime.coursol@tc.tc
Publié le 17 février 2016

Le dossier Hydro-Québec a la vie dure à Saint-Adolphe-d'Howard.

©Photo TC Media - Archives

Hydro-Québec n’a pas tardé à réagir à l’annonce de la proposition de la Municipalité de Saint-Adolphe-d’Howard de changer le tracé d’une nouvelle ligne électrique dans les Laurentides.

«Selon nos analyses, il est clair que ce que propose Saint-Adolphe ici est une solution temporaire. Dans un horizon de 20 ans, les nouvelles installations proposées auront atteint leurs pleines capacités et il faudra quand même construire une autre ligne. Pour nous, c’est inacceptable», lance Serge Abergel, porte-parole d’Hydro-Québec.

Il ajoute que plusieurs autres éléments incitent la société d’État à rejeter le scénario suggéré par Saint-Adolphe-d’Howard. Premièrement, les nouvelles lignes devraient traverser à deux endroits la route 117 et à quatre endroits le parc linéaire Le p’tit train du nord, ce qui causera un impact certain sur le paysage.

Deuxièmement, l’enfouissement des lignes à la hauteur des secteurs résidentiels de Mont-Tremblant et Saint-Faustin-Lac-Carré sur le tracé obligera la construction d’imposantes installations électriques, qui pourrait se traduire par certaines expropriations, dont un empiétement sur un parc d’enfants.

Enfin, les coûts de cette solution de rechange sont très élevés: Hydro-Québec estime à 105 millions de dollars les coûts totaux du projet mis de l’avant par Saint-Adolphe, alors que le tracé qui provoque l’ire de la Municipalité est évalué à 80 millions.

«Je tiens à préciser, de plus, que Saint-Adolphe-d’Howard est la seule municipalité sur le tracé que nous préconisons qui s’oppose au projet. Nous avons tenté de les accommoder déjà à plusieurs reprises, notamment en développant de tout nouveaux pylônes qui auraient un moins grand impact visuel, mais il n’y a rien à faire: ils n’en veulent pas», avance M. Abergel.

La Régie devra trancher

Du côté de la Régie de l’énergie, on affirme qu’il faudra attendra la fin février ou le début du mois de mars pour décider s’il y aura audience ou non sur les scénarios proposés. La responsable des communications de l’organisme, Véronique Dubois, précise qu’il serait très étonnant que la question du tracé en tant que tel soit tranchée pour avril, comme le demandait Hydro-Québec.

La MRC des Laurentides dénonce le fait que le tracé proposé par Saint-Adolphe-d’Howard affectera une centaine de propriétés sur son territoire, alors qu’aucune ne sera touchée si le tracé préconisé par Hydro-Québec est retenu.