L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
12 novembre 2017

Marche de protestation

Saint-Adolphe reçoit l’appui de la communauté autochtone de Hochelaga de l’Iroquoisie

Saint-Adolphe-d’Howard refuse de baisser les bras et déterre une fois de plus la hache de guerre grâce à l’appui de la communauté autochtone Hochelaga de l’Iroquoisie, une communauté hors réserve de Montréal.

Daniel Deslauriers , journaliste

Une cinquantaine de citoyens ont participé à cette marche silencieuse.
Une cinquantaine de citoyens ont participé à cette marche silencieuse.
© Photo Information du Nord - Daniel Deslauriers

Même si tout est en place pour le début des travaux, la communauté de Saint-Adolphe-d’Howard digère bien mal la décision du premier ministre Couillard d’autoriser l’enfouissement dans la forêt Hereford, en Estrie. « Couillard dit oui en Estrie, c’est tant mieux, mais les citoyens de Saint-Adolphe-d’Howard ne méritent pas moins », dénonce Sarah Perreault du comité aviseur.

Marche silencieuse

Une marche silencieuse a donc été organisée, hier après-midi, du Centre plein air jusqu’au chalet du Mont-Avalanche. Le Chef Black Feather Larmand et quelques représentants de sa communauté étaient sur place pour appuyer la démarche des citoyens.

« La communauté autochtone et la population de Saint-Adolphe-d’Howard ont des préoccupations semblables: la protection de l’environnement », explique Denise Payette du comité aviseur. « Pourquoi l’Estrie et pas nous? Est-ce que les députés de cette région ont plus de poids politique que les nôtres », questionne Mme Payette. Elle précise que la ligne électrique sera enfouie sur 18 km dans l’Estrie et le serait sur 10 km à Saint-Adolphe-d’Howard, soit sur 23% du tracé.

Lever le drapeau

Le chef Larmand précise, de son côté, que ce n’est pas la première fois qu’il s’implique dans un tel combat. « Je n’ai pas peur des conflits. Quand je lèverai le drapeau, il faudra, cependant, que tout le monde soit uni derrière nous dans cette cause. On va apprendre à travailler ensemble et ainsi on pourra protéger notre territoire », promet le chef. Les moyens retenus n’ont pas été discutés lors de cette rencontre publique.

Partager:

Daniel Deslauriers , journaliste

  • Courriel