L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
20 septembre 2017

Contamination à l’usine de Val-David

André Gauthier exige l’arrêt des travaux à Val-Morin

André Gauthier, un citoyen retraité, n’en démord pas : il exige l’interruption des travaux de changement d’aqueduc et d’égout sur le chemin de la Rivière, à Val-Morin, à la hauteur de l’usine de traitement des eaux usées de Val-David.

René-Pierre Beaudry , journaliste

André Gauthier pointe en direction du ruisseau qui dégage une odeur fétide coulant à proximité d’un des deux bassins de l’usine de traitement de Val-David, qui se jette une centaine de mètres plus loin dans la rivière du Nord.
André Gauthier pointe en direction du ruisseau qui dégage une odeur fétide coulant à proximité d’un des deux bassins de l’usine de traitement de Val-David, qui se jette une centaine de mètres plus loin dans la rivière du Nord.
© Photo Information du Nord - René-Pierre Beaudry

André Gauthier, un citoyen retraité, n’en démord pas : il exige l’interruption des travaux de changement d’aqueduc et d’égout sur le chemin de la Rivière, à Val-Morin, à la hauteur de l’usine de traitement des eaux usées de Val-David.

De plus, estime-t-il, compte tenu des résultats obtenus des récentes analyses de taux de pollution, il réclame qu’avant tout autre travail exécuté à cet endroit, le sol autour de l’usine d’épuration de Val-David soit entièrement décontaminé. « Depuis le 5 mai, quand il y a eu bris et débordements (d’eau usée) à l’usine, les résidus laissés sur le sol se propagent continuellement à la rivière, surtout les jours de pluie », explique-t-il.

Je suis prêt à m’adresser directement au Premier ministre Philippe Couillard si nécessaire.

André Gauthier

Photo horodatée prise le 5 mai dernier par André Gauthier. Le cliché montre clairement le bris au coin d’un des bassins de l’usine de Val-David et l’eau contaminée qui déborde pour ruisseler sur le sentier menant à la piste cyclable et qui se jettera dans la rivière du Nord.

Durant la période de questions lors de l’assemblée régulière du conseil municipal du mardi 12 septembre, le septuagénaire a questionné le maire Drouin après que ce dernier eût fait mention de recherches menées par la ville des sources de pollution des eaux du lac Raymond. Le citoyen a demandé si on avait identifié « la source de pollution de l’usine d’épuration valdavidoise ». « On attend les résultats des différentes recherches (…) qui s’étalent sur trois ans » a répondu M. Drouin qui a rappelé qu’avant d’être maire, l’Association des propriétaires du Lac Raymond dont il était président avait forcé par injonction la municipalité de Sainte-Agathe à mettre à niveau son usine de filtration d’eau responsable de la contamination des eaux de la rivière du Nord en amont du Lac Raymond.

Contamination maximum

André Gauthier a toutefois répliqué qu’il fallait agir sans tarder à l’usine de Val-David.

Pour appuyer ses dires de la veille, M. Gauthier a tendu au journaliste de L’Information du Nord des photos et une épaisse liasse de sa correspondance avec différents paliers de gouvernement – provincial et municipal - et le ministère du développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. Un de ces documents est une lettre - plutôt « directe » - datée du 11 septembre et adressée au Ministre David Heurtel de qui il attend une réponse.  

Presque quatre mois plus tard, le 27 août, André Gauthier a fait un prélèvement du sol au milieu du sentier menant à la piste cyclable, vis-à-vis de l’endroit même où le coin d’un bassin de l’usine s’est brisé au début mai. Résultat : 22 000 UFC/g. La normale acceptable est 10 UFC/g.

André Gauthier ajoute avoir récemment fait des prélèvements dans le ruisseau qui vient de l’usine de Val-David. « (Le ruisseau) était tout noir après les inondations du printemps dernier (le 5 mai 2017). Quatre mois plus tard, on n’a rien fait, aucun travail de décontamination. Il reste encore une épaisse matière noire sur les berges… Le premier prélèvement analysé a indiqué une contamination de 350 UFC/g (unités de formation de coliformes), alors que la normale est 10 UFC/g. Nous en avons pris un autre provenant de la piste cyclable qui longe les bassins de l’usine, vis-à-vis de l’endroit où s’était ouvert le bassin ce printemps. Résultat : 22 000 UFC/g, le maximum, l’équivalent de ce qu’on trouve dans le fond du bassin… On a des vidéos, des photos… »

M. Gauthier s’est dit disposé à s’en remettre directement au Premier ministre Philippe Couillard « si nécessaire ».

Partager:

René-Pierre Beaudry , journaliste

  • Courriel