L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
12 avril 2018

Marché public de Val-David

Deux citoyens mis en demeure de se rétracter

La tension demeure vive dans le dossier du Marché public de Val-David.

Daniel Deslauriers , journaliste

Marc Blais, tout comme Sylvie Parent, ont été mis en demeure de se rétracter.
Marc Blais, tout comme Sylvie Parent, ont été mis en demeure de se rétracter.
© Photo Information du Nord - Daniel Deslauriers

Deux citoyens de Val-David, Sylvie Parent et Marc Blais, ont été mis en demeure de se rétracter pour les propos tenus durant les assemblées publiques des derniers mois. « Pas question de reculer », a déclaré Mme Parent qui a été la première à demander à la municipalité de renégocier l’entente avec l’OBNL du Marché public.

Démocratie d’abord

Marc Blais a profité de la tenue de l’assemblée publique du 10 avril pour se faire entendre sur cette question. « N’en déplaise à certaines personnes, la motivation de madame Parent, à travers sa volumineuse enquête, ainsi que la mienne lors des séances du conseil, sont de rendre publiques ces preuves dans ces deux dossiers. Notre but en est un de recherche de la vérité, d’appel aux solutions, de rappeler aux élus d’exercer une plus grande vigilance sur l’administration municipale et d’incitation aux débats sur les points d’intérêt public, qu’ils soient émotifs ou même houleux », a-t-il déclaré.

« L’OBNL du Marché public des Laurentides tente de nous faire taire, de bâillonner notre liberté d’expression pour que cessent nos questionnements. En effet, madame Parent et moi-même avons reçu chacun une mise en demeure nous demandant de nous rétracter de nos prises de position publiques. Je n’entrerai pas dans le détail de nos actions à venir. Cela nous appartient pour l’instant. »

M. Blais poursuit: « Ce qui est odieux dans cette situation c’est que les membres du conseil d’administration de l’OBNL du Marché, qui veulent nous dicter la façon d’exercer notre démocratie municipale sur notre territoire, sont tous des étrangers de Val-David. Ces individus en provenance de Valleyfield, Val-d’Or, Mont-Tremblant, Lachute et Val-Morin viennent nous quémander, par l'intermédiaire de leur directrice générale, des subventions, des services, des infrastructures de luxe qui nous ont coûté des centaines de milliers de dollars et ces mêmes individus osent tenter de nous faire taire. C’est abject », proteste M. Blais.

« Mais ce qui est encore plus scandaleux, n’est pas que Mme Parent et moi-même soyons attaqués par l’OBNL, mais que ce soi-disant partenaire privilégié de notre municipalité, à travers la mise en demeure dont madame Parent et moi faisons l’objet, attaque également les 300 signataires de la pétition et tente d’intimider les citoyens de Val-David qui désirent exercer leur droit de participer, eux aussi, au débat public. »

La mairesse Kathy Poulin a rétorqué que la municipalité n’est pas impliquée, de près ou de loin, dans cette poursuite juridique et que les subventions payées au Marché, à même les taxes des citoyens de Val-David, ne servent pas à entamer des procédures judiciaires contre ces deux citoyens. « Nous n’avons pas l’intention de nous immiscer dans cette querelle », a répondu Mme Poulin.

Partager:

Daniel Deslauriers , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer