L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
13 avril 2018

S’il est élu en octobre

Le PQ s’engage envers les chasseurs et les pêcheurs

S’il est élu en octobre 2018, le Parti Québécois entend mettre en place six mesures pour permettre aux Québécois de se réapproprier le secteur faunique et pour encourager la relève dans la pratique de la chasse et de la pêche.

René-Pierre Beaudry , journaliste

S’il est élu en octobre, le PQ entend appliquer une série de mesures pour la relance de la chasse et de la pêche, notamment le permis de pêche gratuit pour les jeunes de moins de 18 ans.
S’il est élu en octobre, le PQ entend appliquer une série de mesures pour la relance de la chasse et de la pêche, notamment le permis de pêche gratuit pour les jeunes de moins de 18 ans.
© Photo Gracieuseté

« Depuis que les libéraux ont pris le pouvoir, en 2014, 100 000 Québécois de moins pratiquent la chasse ou la pêche », a déclaré Sylvain Roy, député de Bonaventure et porte-parole de l’opposition officielle en matière de forêts, de faune et de parcs. « Le gouvernement (actuel) a dramatiquement augmenté le prix des permis de chasse et de pêche, comme celui des baux de villégiature. »

Un communiqué remis aux médias résume les six mesures promises par le PQ :

-gratuité du permis d’initiation à la chasse pour tous,

-gratuité du permis de pêche pour les moins de 18 ans et

-réduction de 20% du prix du permis de pêche.

On verrait de plus à rétablir la table de concertation pour déterminer les prix des baux de villégiature et la cote qui s’y rattache, ainsi qu’à la mise en place d’une stratégie nationale pour limiter les coûts des rampes de mise à l’eau.

Tarification « sans bon sens »

Lors de cette annonce, M. Roy a rappelé l’augmentation importante des dernières années par le gouvernement Couillard des prix des baux de villégiature sur les terres publiques. Il a qualifié cette augmentation d’attaque frontale contre les régions où « certains villégiateurs devaient payer plus cher pour leur bail en forêt qu’en taxes municipales pour leur maison de ville ».

« Je me réjouis qu’il y ait enfin une formation politique qui donne de la place comme il se doit aux gens qui veulent pratiquer des activités liées à la faune, notamment la chasse et la pêche », a quant à lui confié le député de Labelle Sylvain Pagé. « Or, de plus en plus, les gens qui vont sur les territoires publics ne le font plus que pour la chasse et la pêche. Ils le font aussi pour faire du plein air. Des spécialistes nous le disent : quand on a déclubé  en 1977 (le ministre péquiste Yves Duhaime a aboli pour les régions les clubs privés de chasse et de pêche et créé les Zones d’exploitation contrôlées - ZEC), c’était à 99% pour des activités de chasse et de pêche. Ce n’est plus exclusivement pour cela aujourd’hui : on le fait pour le plein air, le camping, pour avoir un coin paisible en forêt, prendre des photos et, à l’occasion, aller à la pêche. »

Le député Pagé a pointé du doigt les tarifications « sans bon sens » des quatre dernières années imposées aux villégiateurs, chasseurs et pêcheurs par le « gouvernement libéral qui engrange des milliards$ dans les coffres de l’État ». « Le gouvernement n’a peut-être pas augmenté les taxes et les impôts, mais il a augmenté beaucoup dans les tarifications. Ce sont là des revenus importants qui créent le désintéressement des gens vis-à-vis des activités de loisirs, comme la chasse et la pêche. »

Partager:

René-Pierre Beaudry , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer