L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
2 août 2018

Lumière au bout du tunnel?

Un consultant à la retraite propose ses services

Un des premiers intervenants à la période des questions à la séance extraordinaire du lundi 30 juillet, le Lucilois Jean Sauvé a fait part de sa réflexion sur la situation houleuse vécue depuis quelque temps à Sainte-Lucie-des-Laurentides.

René-Pierre Beaudry , journaliste

Vacances estivales ou pas, la salle était remplie de citoyens de Sainte-Lucie-des-Laurentides venus assister aux deux séances extraordinaires du 27 et du 30 juillet.
Vacances estivales ou pas, la salle était remplie de citoyens de Sainte-Lucie-des-Laurentides venus assister aux deux séances extraordinaires du 27 et du 30 juillet.
© Photo Information du Nord - René-Pierre Beaudry

M. Sauvé a d’abord parlé de son expérience de formateur, intervenant et conseiller dans les entreprises Bell, Hydro-Québec, Voie maritime du Saint-Laurent, Société d’énergie de la Baie James, etc.

« Ma fonction était d’aider les gens personnellement à devenir de meilleurs (gestionnaires), mais aussi de développer des équipes », a-t-il dit. « La résolution proposée (mandat donné à la firme d’avocats PFD de faire cesser le harcèlement au sein de la municipalité) va probablement arrêter l’hémorragie, mais elle ne mènera pas à la guérison. Pour arriver à la guérison, il faut une approche où toutes les personnes impliquées doivent se mobiliser vers un but commun, c’est-à-dire remettre l’équipe en selle. Cela se fait par une démarche de consolidation d’équipe, une approche professionnelle éprouvée, avec l’aide d’une firme spécialisée et reconnue. Ça demanderait beaucoup de travail d’investissement personnel. Si chacun se donne la capacité, le vouloir de réussir ensemble à monter sur le même cheval, vous risquez de réussir. »

Tonnerre d’applaudissements

M. Sauvé a en outre pointé du doigt l’énorme « quantité d’énergie dépensée à se blâmer l’un l’autre, à se défendre et à se battre », réflexe humain qu’il a qualifié de principale cause responsable du climat empoisonné qui sévit à la mairie de Sainte-Lucie-des-Laurentides. « Chacun chez soi, vous avez des choses à travailler personnellement, que vous soyez mairesse, directrice générale ou conseiller(ère)s, peu importe », a-t-il continué en s’adressant à chaque membre du conseil municipal.

L’intervention a été accueillie par un tonnerre d’applaudissements des deux côtés de la salle, tant de la table du conseil que des citoyens. Quelques minutes plus tard, après que quelqu’un eût soulevé la somme importante qu’il faudrait éventuellement investir dans une firme spécialisée dans la démarche de consolidation d’équipe, M. Sauvé est revenu au pupitre pour offrir gratuitement ses services de consultant. « Ma contribution se limite à aider le conseil municipal à trouver la firme compétente qui sera en mesure de réaliser cette consolidation », devait-il préciser quelques minutes plus tard.

La mairesse Legault a répondu avoir reçu pareille offre de services d’un ami expérimenté dans le même domaine au niveau gouvernemental, « mais le MAMOT a refusé (sa proposition) parce qu’il veut vraiment qu’on fasse appel à une personne mandatée (et rémunérée)… »

« Je vous chargerai dans ce cas 1$ de l’heure », a répliqué M. Sauvé, semant le rire dans l’assemblée.

Partager:

René-Pierre Beaudry , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer