L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
6 août 2018

Rencontre infructueuse à Val-David

La communauté hassidique a besoin d’un nouveau délai

Le souhait d’un règlement hâtif du différend entre la communauté hassidique et Val-David exprimé quelques jours plus tôt par la mairesse Kathy Poulin devra attendre.

René-Pierre Beaudry , journaliste

La mairesse Kathy Poulin mentionne que même si la municipalité se tournait ces jours-ci vers les tribunaux, Val-David n’aurait pas le temps d’obtenir une injonction contre les fautifs avant qu’ils quittent leurs quartiers d’été jusqu’à leur retour en avril 2019.
La mairesse Kathy Poulin mentionne que même si la municipalité se tournait ces jours-ci vers les tribunaux, Val-David n’aurait pas le temps d’obtenir une injonction contre les fautifs avant qu’ils quittent leurs quartiers d’été jusqu’à leur retour en avril 2019.
© Photo Gracieuseté - Daniel Desmarais

La communauté orthodoxe hassidique qui depuis plusieurs étés vient passer ses vacances à Val-David n’est toujours pas en règle avec sa règlementation municipale, celle touchant le zonage en tout premier lieu.

À sa sortie d’une rencontre entre les deux parties ce vendredi 3 août, la mairesse valdavidoise avait peu à dire sur l’évolution de cet épineux dossier. « Je ne sais trop quoi vous dire. Je dois revenir au conseil afin de dresser un état de la situation. Ils (la communauté hassidique) font affaire avec un urbaniste dont ils ont suivi – c’est évident – les recommandations. Nous travaillons avec l’urbaniste pour compléter leur proposition (de modification de zonage), mais cela ne pourra être fait avant que ces villégiateurs quittent Val-David dans trois semaines (troisième semaine d’août), jusqu’à leur retour l’an prochain… Leurs démarches ont été bien faites, mais elles n’ont pas toujours été pertinentes. C’est d’ailleurs une des causes du nouveau délai (qui retarde la conclusion d’un éventuel accord) », a-t-elle ajouté.

Rappelons que la communauté hassidique est en infraction avec le règlement de zonage résidentiel du secteur où écoles, centres communautaires et lieux de culte sont interdits dans le quartier.

Des améliorations cette année

« Après consultation avec le conseil, une décision sera prise dans les prochaines semaines. « Poursuivons-nous les négociations? Émettrons-nous de nouveaux constats d’infraction? Irons-nous en Cour? Sachez toutefois que même si on décidait d’aller en cour Supérieure, on ne pourrait pas obtenir une injonction contre eux », reprend Mme Poulin. « Mais il est certain qu’en 2019, on n’acceptera pas la situation actuelle. On doit finaliser le processus en marche depuis environ un an et demi. »

La mairesse reconnaît qu’on a noté des améliorations cette année par rapport aux années dernières : « Ils ont embauché des gens pour faire le ménage tous les jours et s’assurer de la propreté des lieux autour du camp. Les documents qu’ils présentent sont professionnels, mais sans doute que leur urbaniste n’était pas l’intervenant spécialisé auquel ils auraient dû recourir ».

Une demande de modification de zonage sera éventuellement proposée au Comité consultatif d’urbanisme (CCU) de Val-David au mois de septembre, les frais d’une telle demande ayant déjà été acquittés par la communauté hassidique. « L’objectif visé est que leurs démarches soient terminées avant leur retour à Val-David au mois d’avril 2019, sinon ils devront se conformer à la règlementation, sous peine de nouvelles mesures contre eux », a terminé la mairesse Poulin.

Partager:

René-Pierre Beaudry , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer