Saint-Adolphe accuse Hydro-Québec de malhonnêteté intellectuelle

Daniel Deslauriers daniel.deslauriers@tc.tc
Publié le 21 février 2016

Dans l'ordre habituel, André Genest, préfet adjoint à la MRC des Pays-d'en-Haut, et Lisette Lapointe, mairesse de Saint-Adolphe-d'Howard.

©Photo TC Media - Daniel Deslauriers

Le ton monte un peu plus entre la municipalité de Saint-Adolphe-d'Howard et la société Hydro-Québec.

En conférence de presse samedi matin, les membres du comité aviseur ont tenu à revenir sur cette sortie publique de la MRC des Laurentides qui s'objecte à tout changement de tracé.

Simulations apocalyptiques

"Quand nous avons vu la simulation visuelle préparée par Hydro-Québec, nous avons compris les raisons de cette montée aux barricades", explique la mairesse Lisette Lapointe. "Il est clair que la société d'État a sorti l'artillerie lourde avec les simulations les plus apocalyptiques possible. N'importe quel élu aurait été choqué à la vue de telles images", de renchérir le préfet adjoint de la MRC des Pays-d'en-Haut, André Genest, qui appuie la municipalité de Saint-Adolphe-d'Howard depuis le tout début.

Membre du comité aviseur, Sarah Perreault va un peu plus loin: "Aller jusqu'à placer un poste de liaison aéro-souterrain tout près des résidences comme ils l'ont fait, ça frôle la malhonnêteté intellectuelle. En enfouissant la ligne sur une distance un peu plus grande, le poste ne serait pas visible des résidences."

"D'ailleurs, Hydro-Québec omet de mentionner que ces résidences ont le nez sur la ligne existante en ce moment. En l'enfouissant comme nous le demandons, ces citoyens gagneraient en qualité de vie et la valeur de leur propriété augmenterait. Quand la société d'État affirme que notre scénario traverserait deux fois la route 117 et quatre fois la piste cyclable du P'tit Train du Nord, c'est de la pure désinformation parce que c'est justement le cas présentement avec la ligne existante", poursuit Mme Perreault.

Régie de l'énergie

La municipalité de Saint-Adolphe-d'Howard espère toujours que la Régie de l'énergie acceptera d'entendre sa cause dans les prochaines semaines. "Les chances sont bonnes", confirme le procureur nommé dans ce dossier, Franklin Gertler.

Présent à la fin du point de presse, le député d'Argenteuil, le libéral Yves St-Denis, refuse de donner son appui au projet la municipalité. "Je peux vous assurer, cependant, que je vais continuer à travailler pour les citoyens de Saint-Adolphe-d'Howard", a-t-il déclaré. C'est ce même député qui présentera, le mois prochain, la pétition des citoyens à l'Assemblée nationale.

En mars toujours, la MRC des Pays-d'en-Haut confirmera son intention de ne pas émettre de certificat de conformité pour ce projet, le jugeant non conforme au schéma d'aménagement. Légalement parlant, ce vote n'est pas un frein absolu au projet de la société d'État puisque Québec pourrait passer au-dessus de ces considérations pour adopter un décret. "Ce serait un désaveu pour le milieu et une décision lourde de sens sur le plan politique", prévient M. Genest.