La franc-maçonnerie, vous connaissez?


Publié le 15 février 2017

Sur la photo, Jean-Michel Marmorat pose en compagnie d'Alexis Lapc.* (confidentialité oblige), ancien membre de la Grande Loge de Bulgarie et membre de la Grande Loge Mixte nationale.

©Photo gracieuseté

La franc-maçonnerie étend ses ailes chez nous. Les francs-maçons veulent élargir leur territoire en établissant un triangle dans les Laurentides.

Un triangle est l’antichambre d’une loge qui est constituée d'au moins 3 Maîtres Maçons. Elle devient "loge" quand elle est constituée de 7 membres, donc au moins 3 Maîtres Maçons. C'est le but que s'est fixé Jean-Michel Marmorat, un résident de Saint-Adolphe-d'Howard, qui s'est donné comme défi de créer ce fameux triangle dans les Laurentides. D'une part, pour ramener les membres "en sommeil" (non actifs de différentes obédiences), mais aussi pour intéresser tous les autres qui s'interrogent sur le plan philosophique ou qui s'intéressent à cette organisation.

La franc-maçonnerie n'est pas une secte. Il n'y a pas de dogme pour lequel adhérer. Aussi, tout le monde peut la quitter. "Ici, on ne recrute pas. Ce sont les gens qui viennent à nous. Les jeunes et moins jeunes cherchent à donner un sens à leur vie qui ne soit pas religieux. Ce n'est pas une secte, ni un club social. Le mouvement de la franc-maçonnerie est une bonne alternative qui permet de contribuer à édifier une meilleure société cultivant des valeurs comme la tolérance, le respect mutuel, l’écoute et la bienfaisance", dit-il.

Jean-Michel Marmorat n'est pas le premier venu dans ce mouvement. Franc-maçon depuis 28 ans, M. Marmorat est passé de simple profane à initié, puis au poste de Vénérable Maître (dirigeant principale d’une loge maçonnique) pour bientôt accéder aux plus hautes marches des hauts grades de la chevalerie maçonnique.

C'est quoi?

La franc-maçonnerie est une forme d'organisation associative qui recrute ses membres par cooptation et pratique de rituels initiatiques faisant référence à un secret maçonnique et à l'art de bâtir. Apparue en Grande-Bretagne au XVIIe siècle, puis réorganisée à Londres en 1717, elle se répandit dans plusieurs pays du monde au début du XVIIIe  siècle.

Elle s'est structurée, au fil des siècles, autour d'un grand nombre de rites et de traditions, ce qui a entraîné la création de différentes fédérations nommées "obédiences" qui ne se reconnaissent pas toutes entre elles. Elle se décrit, suivant les époques et les obédiences, comme une association essentiellement philosophique et philanthropique, un système de morale illustré par des symboles ou un ordre initiatique.

Au Canada, ce sont les francs-maçons traditionnels du courant régulier qui ont prédominé historiquement. Au Québec, l'obédience régulière est représentée par la Grande Loge du Québec, qui compte plus d'une centaine de loges, dont les plus anciennes au Canada. Une dizaine de loges travaillent uniquement en français, d'autres sont devenues bilingues, mais la majorité travaillent en anglais.

Qui peut devenir franc-maçon?

"Toute personne, femmes ou hommes, de plus de 21 ans qui recherche une vie spirituelle sur un long travail intime, dont le rite maçonnique sera le révélateur", explique M. Marmorat. Les initiations du triangle ont lieu au temple de Montréal encadrées par le Vénérable Maître du triangle des symboles.

Ici, chez nous, les rencontres auront lieu à Saint-Adolphe-d’Howard de la fin mai à la fin septembre. À partir du mois d’octobre, les membres seront invités mensuellement à visiter des loges-sœurs avec la participation aux débats de loges.

Pour ce qui est de l'initiation, du déroulement de ces rencontres ou des signes secrets (poignée de main, etc.), M. Marmorat respecte le silence le plus total. Ce qui se passe chez les francs-maçons reste chez les francs-maçons. "Cette expérience m'a apporté une ligne de conduite et m'a permis de grandir intellectuellement. Chez nous, un frère n'est jamais laissé à lui-même, quel que soit ses difficultés", explique M. Marmorat.

Les gens intéressés peuvent en apprendre davantage sur le site Internet au http://le-triangle-des-symboles.com ou celui de la Fédération des Loges Autonome du Québec http://flaq.ca.