L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
12 juin 2017

Le projet Cultiver son village lancé à Val-David

Plantation en direct de jardins potagers à partager au cœur du village de Val-David.

Jeunes et moins jeunes ont travaillé d'arrache-pied pour planter des centaines de plants de légumes dans des bacs.
Jeunes et moins jeunes ont travaillé d'arrache-pied pour planter des centaines de plants de légumes dans des bacs.
© Photo TC Media - Daniel Deslauriers

Plantation en direct de jardins potagers à partager au cœur du village de Val-David.

Ils étaient nombreux, samedi dernier, à avoir répondu à l'invitation des responsables de cette initiative à la petite gare. "Cultiver son village n'est pas une mode passagère, mais plutôt un mode de vie. La municipalité de Val-David est fière de prôner cette façon de faire et elle encourage ses citoyens à participer", nous dit la mairesse Nicole Davidson.

Plantation

Des équipes d’enfants et d’adultes ont planté des centaines de plants de légumes dans une douzaine de bacs dispersés dans les espaces publics, près de l’école, des parcs et de la bibliothèque, de même que dans la cour d’école qui, grâce à l’initiative de l'enseignante José Paquin, possède aussi ses bacs. Ces aménagements comestibles seront entretenus tout au long de l’été par des enfants du camp de jour, jumelés avec des bénévoles et encadrés par Joèle Clark, coordonnatrice du jardin communautaire et responsable du projet.

"Avec les groupes communautaires, nous travaillons déjà sur la planification 2018 pour implanter des aménagements dans d’autres secteurs", explique Mme Clark. Cet automne, plus de 200 vivaces, bleuetiers, framboisiers et autres seront plantés le long du parc linéaire, à l’intersection de la rue de l’Église et de la Sapinière.

L’un des points forts de ce projet est le programme de compensation de carbone présentement à l’étude. "Nous travaillons avec la Chaire en éco-conseil de l’UQAC pour développer ce programme. L’objectif est de permettre aux citoyens de compenser leurs émissions de GES en finançant l’achat de vivaces ou d’arbres fruitiers ou en travaillant bénévolement", explique Dominique Forget, l'instigatrice du projet Incroyables comestibles. Aussi, une collaboration est en cours avec l’Atelier de l’Île pour sérigraphier les bacs et associer des présentoirs et des œuvres d’art aux plantations.

Partager: