L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
21 avril 2017

Broue: on vous lève notre verre !

Le 21 mars 1979, trois gaillards montaient sur scène, le trac aux tripes. Michel Côté, Marc Messier et Marcel Gauthier avaient répété et répété un texte osé pour l'époque. Broue, ce collectif écrit sous un thème fort populaire des Québécois?: une journée dans une taverne.

Marc Messier, Marcel Gauthier et Michel Côté en compagnie d'Alexandre Gélinas, directeur du Patriote.
Marc Messier, Marcel Gauthier et Michel Côté en compagnie d'Alexandre Gélinas, directeur du Patriote.
© Photo Gracieuseté - Le Patriote

Le 21 mars 1979, trois gaillards montaient sur scène, le trac aux tripes. Michel Côté, Marc Messier et Marcel Gauthier avaient répété et répété un texte osé pour l'époque. Broue, ce collectif écrit sous un thème fort populaire des Québécois?: une journée dans une taverne.

L'avant-dernière représentation de Broue a eu lieu au Patriote de Sainte-Agathe.

Ce 20 avril 2017, quasi jour pour jour, c'est au Patriote que la pièce fut présentée pour l'avant-dernière fois. Trente-huit ans plus tard, le géant culturel recevait sa gang de brosse pour notre plus grande fierté. Assister à une représentation de cette pièce légendaire relève du défi tant les places s'envolent à chaque annonce publique et ce, malgré le fait qu'il y ait eut 3 321 prestations à ce jour!

Indéniablement, Broue est un phénomène théâtrale. Une entrée est acquise dans le Guinness World Records qui reconnaît que Côté, Messier et Gauthier détiennent le record mondial de longévité pour la pièce de théâtre jouée par une même distribution de comédiens.

Au-delà de la performance professionnelle,  nos gars de Broue ont su nous faire profiter de la chimie incroyable qui s'est développée entre eux. C'est cette même chimie qui se déversera  dans la salle et qui atteindra plusieurs générations de spectateurs assis, le sourire aux lèvres.

D'un percutant dosage d'humour et de pathétique, cette journée à la taverne est le reflet d'un temps et surtout d'un mode de vie ancré dans une certaine forme de tradition masculine, hors et loin du joug de la femme. Madame cherche monsieur? C'est à la taverne qu'elle téléphonera à ce macho-devant-les-gars qui devient tout doux et tout mielleux s'il y a risque de rupture conjugale. L'histoire qui se répète et qui aura toujours comme balises la présomption suprême que la gente masculine garde en elle ce petit côté enfant où tout est permis.... du simple rot guttural au pipi dans les culottes!

Broue, un miroir

C'est la dérision qui l'emporte. Rire de soi n'est pas du ressort de tous. Certains intellectuels n'y trouveront jamais leur compte. Bien avant les Bougon, c'est Broue qui se veut un miroir aux allures cocasses mais aussi vraies. Et sympathique tout de même. À preuve, cette affiche bien en évidence quand la taverne sera assiégée en contestation contre le statut de brasserie?: On les lesse pas entré (les femmes)!

Broue se prépare à tirer sa révérence. Un immense succès et beaucoup, beaucoup de travail ont rendu cette production mythique hors du commun, comme le spécifiait si justement Alexandre Gélinas. À 8 heures du matin, à la Taverne Chez Willy, l'accueil est drôlement cynique?: Tu commences la soirée de bonne heure à matin. Gageons que les Côté, Messier et Gauthier se sont couchés tard ces 19 et 20 avril...

Partager: