Nous souhaitons collaborer dans l'amour et l'harmonie

Salle des nouvelles L'Information du Nord infonord.redaction@tc.tc
Publié le 24 décembre 2016

Noémi Thébalt

©Photo Facebook

Monsieur le maire, Tout d’abord, nous espérons que vous passez de joyeuses fêtes en ce joli temps enneigé.

Voici quelques précisions au sujet du festival Poésie et Performance qui devait avoir lieu du 8 au 10 juillet 2016, et qui incluait; projection de film, animation de rue, parcours poétique, lectures impromptues, matinée contes et chocolat, atelier de discussion et scène extérieure au parc Lortie autour du piano public (le piano public étant un projet citoyen non appuyé par la ville).

Vous dites, dans votre réponse, « Mmes Thébalt et Germain ont été rencontrés par le Service de la Culture au début d’avril avec la présentation de deux projets (…) Nous avions accepté de financer le festival de la Poésie à même un fonds destiné à des projets citoyens ». On pourrait croire en vous lisant que le festival Poésie et Performance était une initiative d’Isabelle Germain seulement, ce qui est faux. Madame Brigitte Foisy, directrice du Service de la culture et des communications, a contacté directement Mme Germain, lui demandant d’apporter un projet soulignant Gaston Miron et sa poésie. Elle lui demandait de prendre en charge l’élaboration du projet et la direction dudit festival.

Elle fut engagée sous contrat comme directrice artistique, et ce, sans salaire, pour construire intégralement l’événement. Elle devait être, sur papier, une « employée » de la Ville pour être couverte par leur assurance durant l’événement. Elle fut considérée, dans toute cette organisation, comme une embauchée salariée, bien qu’elle agissait à titre de bénévole par amour pour sa ville. Un budget de deux mille cinq cents dollars était accordé pour la réalisation totale du projet, sur présentation des factures détaillées ayant été autorisées au préalable. Organiser un festival de trois jours bénévolement, veillez à produire les outils de communications et de promotions, engager une dizaine de travailleurs culturels locaux, aménager les sites d’activités, s’assurer de l’affichage et autres préparations techniques est une tâche fastidieuse relevant presque du miracle avec un si petit budget. Madame Germain a dû mettre terme à son implication bénévole, malgré sa désolation.

Sachez, pour les commémorations de Gaston Miron du 14 décembre dernier – où tous étaient ouvertement invités, soit de vive voix, soit par l’entremise du journal local et/ou de la radio CIME –, que devant la fermeture de madame Foisy, je n’ai, effectivement, pas donné suite après la première rencontre, ne voulant pas perdre mon temps à m’obstiner pour un buffet froid offert aux participants bénévoles soi-disant trop cher et l’organisation d’une marche aux flambeaux qualifiée de macabre par la direction de la culture. J’ai donc investi intelligemment mon temps ailleurs.

Comme le dit si bien le président du mouvement Impératif français « Seules les grandes personnes admettent s'être trompées, s'en excusent et corrigent! De ces personnes, y en a-t-il au Conseil municipal et dans l'administration de Ste-Agathe? ». C’est vrai, je ne vous ai pas invité officiellement par courriel, bien que plusieurs représentants culturels étaient au courant de l’événement.

Laissons donc ici le passé et tournons-nous vers l’avenir.

Pour ce qui est de la coopérative de solidarité artistique, nous ferons, prochainement, une première consultation pour déterminer l’intérêt des futurs membres et la contribution possible de chacun au niveau de l’implication et des tâches. Les membres de soutien, comme partenaires financiers, seront ensuite suite approchés. Soulignons que les cosignataires de la lettre ouverte soutiennent simplement l’idée et ne sont, en aucun cas, obligés de participer financièrement au projet.

Une coopérative de solidarité regroupe des membres travailleurs, des membres utilisateurs et des membres de soutien, en tant que personne physique ou morale, appuyant le développement de la coopérative, afin de répondre à leurs besoins. Ce type de coopération regroupe au moins deux catégories de membres et permet ainsi à différents individus et organisations de se créer de l’emploi et/ou de répondre à des besoins de consommation, tout en apportant une réponse à un besoin collectif. (source : La CDR Outaouais Laurentides – coopérer et construire)

Donc, la coopérative de solidarité sera formée de travailleurs et d’utilisateurs qui se regrouperont pour satisfaire leurs besoins et leurs aspirations. Toute autre personne ou société intéressée par l’objet de la coopérative pourra adhérer à titre de membre de soutien en achetant des parts sociales. Le conseil d’administration sera constitué de 9 personnes, soit trois membres par catégories mentionnées ci-dessus. Pour créer la coopérative de solidarité artistique, nous avons besoin de cinq membres fondateurs. Vous n’êtes pas sans savoir que le site Wiképédia reste une source d’information où quiconque peut participer à la rédaction des pages.

Les coopératives sont des organisations autonomes gérées pour et par leurs membres. La conclusion d’accords avec d’autres organisations ou la recherche de fonds à partir de source extérieure, doit se faire dans des conditions qui préservent le pouvoir démocratique des membres et maintiennent l’indépendance de leur coopérative.

Oui, il serait fort intéressant d’avoir un fonds de développement culturel, mais ladite coopérative n’est pas dans l’obligation d’être soutenue par la Ville pour débuter, bien que nous souhaitons qu’elle investisse et collabore chaleureusement avec ses artistes et artisans afin de soutenir le développement de leur carrière et leur implication citoyenne de pair avec les commerçants et les entrepreneurs ainsi que le développement économique et culturel de la région à travers les diverses activités qui s’adresseront tant aux membres qu’à la population. Effectivement, pour démarrer une coopérative, les promoteurs doivent mettre une mise de fonds. Heureusement, voici que les gens sont au courant de notre projet, ce qui nous aidera dans notre recherche de financement. Il existe plusieurs types de subventions, différentes bourses, prêts ou garanties de prêts. Dans tous les cas, nous présenterons un plan d’affaires convaincant.

Nous espérons pouvoir collaborer dans l’amour et l’harmonie, pour le bien de chacun. D’ici là, un très beau Noël à vous. Amicalement.

Noémi Thébalt