L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
27 février 2017

La conseillère Bourbeau dénonce l'attitude du député St-Denis

M. St-Denis, je trouve vraiment très décevant votre commentaire sur le refus de la Chambre de commerces de Saint-Adolphe d'accepter une commandite d'Hydro-Québec.
Marjorie Bourbeau
Marjorie Bourbeau
© Photo gracieuseté
M. St-Denis, je trouve vraiment très décevant votre commentaire sur le refus de la Chambre de commerces de Saint-Adolphe d'accepter une commandite d'Hydro-Québec.

Nous nous battons depuis plusieurs années pour la sauvegarde de nos paysages et des écosystèmes de notre municipalité. Ne croyez-vous pas légitime notre bataille, M. St-Denis?

Pas question d'abandonner

C'est inacceptable de baisser les bras. Les impacts économiques et environnementaux seront immenses pour notre municipalité qui vit principalement du tourisme, du plein air et de villégiature. Vous devriez nous défendre, en tant que député, et obliger Hydro-Québec à respecter ses propres chartes en matière d'élaboration de lignes électriques à haute tension et utiliser au maximum les emprises existantes au lieu de détruire les paysages de notre village, de notre région et de la province.

Ce dossier est extrêmement politique, M. St-Denis, parce que le maire de Sainte-Agathe et préfet de la MRC des Laurentides a mis de la pression et la ligne s'est tout à coup déplacée à Saint-Adolphe.

Votre mandat est de défendre les intérêts des citoyens de votre circonscription, ne l'avez-vous pas oublié? Vous devriez prendre connaissance du dossier pour voir les nombreuses irrégularités qu'Hydro-Québec a commises avant de prendre position ainsi. C'est honteux de leur donner raison et de cautionner leurs agissements.  L'environnement devrait avoir priorité sur la destruction à outrance et votre gouvernement devrait mettre en place de réelles politiques d'efficacité énergétique au lieu de laisser Hydro détruire le Québec.

Je suis extrêmement déçue et j'espère que vous vous informerez davantage. Se tenir debout pour préserver nos droits. Nous avons des principes et nous, nous nous tenons debout M. St-Denis.

Voilà ce que je pense. Cessons d'être aveuglé par le pouvoir et ne cédons pas sous la pression. Vous devriez nous appuyer M. le député. C'est pour cela que vous êtes élu.

Marjorie Bourbeau, conseillère municipale

Partager: