Les Ours hiberneront-ils sous d’autres cieux l’an prochain?

Bilan de Léandre Gilbert


Publié le 1 avril 2017

Léandre Gilbert n’a pas écarté le recours à la Loi sur la faillite comme porte de sortie.

©Photo TC Media - René-Pierre Beaudry

« Je n’ai pas encore pris de décision quant à l’avenir des Montagnards. J’étudie présentement tous les scénarios possibles. J’ai jusqu’au 22 avril pour faire connaître à la Ligue mes intentions quant à la saison prochaine. »

L’homme en face de notre journaliste porte au visage les cernes d’un long combat. Léandre Gilbert, propriétaire des Montagnards de Sainte-Agathe-des-Monts, de la Ligue de hockey Junior AAA du Québec, et Myriam, son épouse des 28 dernières années, se débattent depuis des mois comme des lièvres pris au collet.

Si ce n’avait été des recettes générées par le restaurant (du Centre sportif Damien-Hétu), on aurait mis un terme à l’aventure des Montagnards après les Fêtes

Léandre Gilbert

L’argent, voilà le problème.

M. Gilbert commence en revenant sur la fin de la relation avec son associé du départ Stéphane Python. Cette fin abrupte a donné le ton à une année qui fut parsemée d'embûches, notamment parce qu'il fallait rapidement lui trouver un remplaçant comme entraîneur-chef. « Parmi les candidats approchés, il y a eu Claude Lapointe, un ancien de la Ligue nationale, pour succéder à Python. Ses demandes salariales étaient cependant trop grandes ».

Puis, on a assisté au retour de Benoit Beauchamp, beau-frère de l’ex-propriétaire Pascal Gréco, derrière le banc des Ours.

Sauvé par le restaurant

Léandre Gilbert avoue être passé près de se placer sous la protection de la Loi sur la faillite et de fermer les livres des Montagnards dès cet hiver.

« Si ce n’avait été des recettes générées par le restaurant (du Centre sportif Damien-Hétu), on aurait mis un terme à l’aventure des Montagnards après les Fêtes », de lancer M. Gilbert qui rappelle avoir déjà confié à L’Information du Nord qu’il lui fallait entre 250 et 300 billets vendus aux guichets (11$/chacun) ou par abonnement par match pour boucler son budget. « Notre moyenne cette année a plutôt été de 52 spectateurs payants! », a-t-il grimacé.

Comment expliquer le manque criant de joueurs en séries, à cause des blessures et de certaines désertions de joueurs sur qui on comptait?

En entrevue à « Rendez-vous » sur TV-Cogeco le mercredi 29 mars, Léandre Gilbert a reconnu sa responsabilité quant au manque d’effectifs en séries : avec toutes les tâches qu’il s’était mises sur le dos, il avait omis l‘important mandat de « signer » avant la date-limite quelques « joueurs affiliés » toujours utiles en séries pour remplacer les départs, suspensions et/ou blessures des joueurs « réguliers ».

La question qui tue…

Et maintenant, la question qui tue : y aura-t-il une équipe de la LHJAAAQ à Sainte-Agathe en 2017-2018 ou la formation jouera-t-elle sous un autre nom, dans une autre ville?

La rumeur veut que les Montagnards se transforment en « Archers » de Saint-Gabriel-de-Brandon, dans Lanaudière, dès la saison prochaine.

Pour appuyer cette prétention, L’Information du Nord a a révélé à Léandre Gilbert les grandes lignes d’une conversation téléphonique entre notre journaliste et la mairesse Manon Rainville, de Saint-Gabriel-de-Brandon en date du 29 mars.

Lors de cet échange, la mairesse a reconnu que :

-il y avait bel et bien eu rencontre personnelle entre elle et l’actuel propriétaire des Montagnards (Léandre Gilbert),

-des négociations ont été entamées il y a deux mois par M. Gilbert lui-même et un possible associé (dont la mairesse dit avoir oublié le nom) pour déménager l’équipe de la LHJAAAQ de Sainte-Agathe-des-Monts à Saint-Gabriel-de-Brandon dès l’an prochain,

-qu’en plus de Saint-Gabriel de Brandon, Joliette avait aussi été considérée comme future adresse des Montagnards,

-qu’une des conditions à remplir (pour ce déménagement) était qu’il fallait trouver dans la région de Saint-Gabriel-de-Brandon les appuis commerciaux de commanditaires suffisants aptes à monter un budget d’environ 85 000$ pour déménager et faire rouler l’équipe la saison prochaine.

Une option valable

L’Information du Nord a ensuite demandé à la mairesse Rainville d’évaluer sur une échelle de 1 (impossible) à 100 (déménagement certain) l’issue probable des négociations entre son groupe et Léandre Gilbert.

« Je pense qu’à Saint-Gabriel, nous avons probablement près de  50%, sinon de 50% à 75% de chances que l’équipe (des Montagnards) s’en vienne ici (à Saint-Gabriel), si évidemment des commanditaires s’impliquent concrètement et aident l’équipe », nous a-t-elle répondu.

En plus d’être mairesse de Saint-Gabriel-de-Brandon, Mme Rainville est présidente de la Régie du centre sportif et culturel de Brandon, régie composée de quatre municipalités : Saint-Gabriel-de-Brandon, la ville de Saint-Gabriel, Mandeville et Saint-Cléophas.

La mairesse Rainville dit en outre très bien connaître Jacques Laporte, commissaire de la LHJAAAQ, un homme originaire de Joliette, ville située à proximité de Saint-Gabriel-de Brandon.

En entendant les grandes lignes de notre conversation avec la mairesse Rainville, Léandre Gilbert s’est abstenu de commenter ces informations obtenues par notre journal.

Il s’en est tenu à la prudente réponse qu’il doit faire connaître à la LHJAAAQ ses intentions en vue de la saison 2017-2018 d’ici le 22 avril.

Une semaine plus tard, la Ligue fera connaître sa décision.

On saura alors si l’équipe « Les Montagnards » poursuit ses  activités une autre saison à Sainte-Agathe-des-Monts, si elle demeure la propriété de Léandre Gilbert tout en déménageant ses pénates dans une autre ville, si elle passe en d’autres mains (si elle est vendue), si l’équipe est liquidée ou si son propriétaire actuel se place sous la protection de la Loi sur la faillite.